La culpabilité

La culpabilité

9 | 2934 Consultations

 

La culpabilité est une émotion ressentie par une personne qui se sent coupable, à tort ou à raison, d’avoir transgressé une règle ou d’avoir commis une faute. Il s’agit d’un sentiment désagréable qui est source de tension intérieure et d’anxiété. Ce sentiment peut avoir des côtés négatifs comme bénéfiques. En raison de leur éducation, les femmes y sont plus sujettes que les hommes et ont plus de difficultés à s’en défaire.

 

 

À quoi sert la culpabilité ?

Si elle est généralement vécue comme une source de mal être, la culpabilité occupe une place essentielle dans les rapports sociaux. Le simple fait d’éprouver de la culpabilité et de chercher à réparer les torts, dont on se juge responsable envers autrui, est bénéfique aux liens sociaux pour plusieurs raisons. La première raison est que ce sentiment démontre l’existence d’un véritable lien avec la « victime » et une préoccupation sur ce qu’elle ressent. La seconde raison est que la personne coupable va en principe chercher la réparation du mal commis afin de rétablir des relations normales avec la victime. Enfin, la culpabilité va permettre d’anticiper les conséquences d’une mauvaise action sur l’autre et permettre ainsi à la personne d’éviter de la commettre à l’avenir.

 

 

La culpabilité : une disposition ? 

Pour les plus de 50 ans, ce sentiment nous a été inculqué dans notre petite enfance par la famille et l’école. Pour ceux nés plus tard, Françoise Dolto a eu un grand impact sur l’éducation des enfants qui a vraiment changé la donne. La question de savoir si le sentiment de culpabilité est une disposition dont sont naturellement dotés certains individus a fait l’objet de nombreuses études psychologiques. L’une d’entre elles réalisée par la psychologue Rebecca Schaumberg de l’Université de Stanford révèle une corrélation très forte entre le sentiment de culpabilité et ses capacités à exercer une autorité. En d’autres termes, les personnes ayant une forte disposition à se sentir coupable démontrent des qualités de leader plus développées que ceux qui en sont dépourvus. La prédisposition à la culpabilité est étroitement liée au sens des responsabilités envers autrui. Malgré sa mauvaise image, la culpabilité s’affirme néanmoins comme un sentiment indispensable propre à réguler les comportements et un indicateur précieux du bon fonctionnement des relations sociales.  

 

Comment s’exprime la culpabilité collective ?

 La culpabilité est une émotion qui peut être également ressentie par un groupe social de même appartenance. Sigmund Freud s’est longuement penché sur ce phénomène. La culpabilité n’est pas toujours, selon lui, la conséquence d’une faute mais sa cause même. Ceci permet aux personnes se sentant coupables d’avoir une représentation de leur faute. En ce qui concerne la culpabilité collective proprement dite, Freud la décèle de manière indiscutable dans certaines religions comme la religion catholique ou encore juive, ainsi que dans de nombreux mythes issus de différentes cultures. Elle peut aussi s’exprimer après des événements traumatisants comme les guerres et les horreurs commises par des compatriotes. Citons en exemple les camps de concentration de l’Allemagne nazie. Beaucoup d’Allemands qui ne sont pas concernés par la guerre, car nés après ou trop jeunes à l’époque, ont encore aujourd’hui un sentiment de culpabilité collective qui refait surface dès qu’ils sont confrontés à cette période.

 

Comment lutter contre la culpabilité ?

La culpabilité est un sentiment paradoxal qui constitue un lien fort avec le passé et souligne les erreurs commises précédemment au cours de son existence. Dans la société contemporaine où les notions de compétition et de comparaison sont omniprésentes, le développement de ce sentiment est favorisé. Cette notion est d’autant plus difficile à appréhender qu’elle est strictement personnelle et sa forme diffère d’un individu à l’autre. Comment relativiser malgré tout ce sentiment qui peut constituer rapidement un lourd fardeau ? Le tout est de parvenir à une juste mesure car un trop-plein de culpabilité est un frein à toute forme d’épanouissement personnel, de même que son absence totale chez l’individu est un signe manifeste de comportements asociaux tout aussi préjudiciables à ce dernier. Il est nécessaire de limiter cette émotion sans pour autant la combattre car elle est source d’introspection et de remises en question salutaires. Pour lutter contre la culpabilité, il faut incorporer les leçons de la vie, bonnes et mauvaises. Il n’existe pas de catalogues recensant tous les moyens d’atténuer sa culpabilité car celle-ci est propre à chaque individu. Pour s’en défaire, il faut se concentrer sur le présent et ne pas se plonger sans cesse dans un passé figé. Bien que considérée comme négative et génératrice de mal-être, la culpabilité n’en est pas moins un sentiment sain et constitutif de tout être équilibré et ancré au monde. Pour ne pas devenir un poids trop lourd, celle-ci doit être apprivoisée et utilisée intelligemment dans le cadre de sa construction personnelle. 

 

Ce sujet vous intéresse-t’il ? Avez vous des commentaires ou des anecdotes à nous faire partager ? 

 

Photo : © Fotolia –  Photocreo Bednarek

Betty_Nelly, 13.06.2017

toujourscurieux
1 | 15.06.2017, 12:43

La culpabilité peut...vous sauver la vie !!
Il arrive qu'elle vous mette en "retrait pour réflechir" de gens qui voulaient,en fait,vous nuire.
<< Culpabilité constructive <<. TJC.

belinda59
0 | 13.06.2017, 17:49

bonjour isabelle, oui la culpabilité doit exister en chacun, c'est dur de le reconnaitre, l'inattention plutot chez moi, bises

patrick44
0 | 13.06.2017, 14:02

Bonjour Isabelle, je me suis senti coupable après mon divorce (2005) et 31 ans de mariage d'avoir eu une maitresse !!!......mon travail (commercant) qui a fait du mal a mon couple......