Les malentendus

Les malentendus

12 | 1224 Consultations

La langue, et dans une plus large mesure la communication, permet de créer du sens mais c’est un instrument qui est loin d’être facile à manier. Nos propos sont voués à être interprétés car nos interlocuteurs ont souvent des repères culturels, mentaux, sociaux, etc., différents des nôtres. De là naissent parfois des malentendus qui peuvent entraîner des situations de conflits, de la rancœur et de l’amertume. Voyons un peu quels sont les facteurs déclencheurs et ce que nous pouvons entreprendre pour les éviter.

 

Qu’est ce qu’un malentendu ?

Un malentendu est une méprise, une mauvaise interprétation d'une situation, d'un écrit ou d'une idée oralement exprimée. Il s'entend comme une incompréhension ou divergence d'appréhension entre deux ou plusieurs personnes, par rapport à un sujet précis. Les interlocuteurs soutiennent la même idée, ont la même conception ou vision d'un sujet, mais l'expriment avec des mots et expressions qui diffèrent, pensant avoir des idées qui s'opposent, alors que dans le fond, il n'en est rien. En outre, il faut remarquer qu'avec l'avènement des réseaux sociaux, les malentendus sont de plus en plus fréquents. Les supports utilisés sont une cause fréquente de mauvaise communication. Alors que les canaux verbaux, comme le téléphone ou la messagerie vocale sont les vecteurs les plus efficaces du sens explicite, les canaux écrits comme les SMS, les mails ou les chats en ligne sont plus enclins à une communication implicite. La communication par l'écrit laisse libre interprétation au destinataire et est donc une fréquente source de malentendu.

 

Les facteurs propices au malentendu

Plusieurs éléments peuvent être à la source d’un malentendu.

Il n’est pas rare tout d’abord que nous ne soyons pas assez concentrés sur ce que dit notre interlocuteur, ou que notre qualité d’écoute soit mauvaise, par manque de temps ou d’énergie. Un malentendu survient aussi lorsque nous faisons preuve de trop de préjugés, lorsque nous ne cherchons pas à vraiment connaître/découvrir l'autre. Nous avons alors une image erronée de la personne. C’est dans ce cas le manque d'informations sur celle-ci qui peut conduire au malentendu. Une personne semblera par exemple se comporter envers nous de façon distante, froide. Nous l’interprétons de suite comme un manque de bienveillance alors qu’elle n’est simplement pas dans son assiette ce jour-là ou qu’elle est de caractère timide. Le malentendu peut également résulter de discussions compétitives, où chaque partie cherche à exposer son point de manière à se valoriser (c’est un cas récurrent sur notre site !). Alors qu'une personne raconte une histoire, fait part d'une idée ou d'un point de vue, une autre cherche à s'imposer dans cette discussion, en voulant faire passer en priorité sa vision des choses. Cette dernière n'a uniquement pour objectif de dire mieux que la première, histoire de se rendre intéressante aux yeux des personnes présentes. Ainsi les personnes dotées d’un fort égo sont-elles plus susceptibles d’engendrer des malentendus, de passer à coté du message de leur interlocuteur. Les malentendus sont aussi plus fréquents dans un contexte ou la dimension affective est forte.  Entre membres d’une même famille par exemple, les non-dits sont légion. L’affectif est tellement prégnant qu’on a peur de blesser l’autre, de lui dire ce qu’on a réellement au fond du cœur, ce qui nous dérange, qu’on est en désaccord avec lui. Cela peut produire à terme de l’incompréhension et la communication devient brouillée. En couple, il arrive souvent lors d’une discussion tendue de ne pas parvenir à prendre assez de recul, nous devenons vulnérables du fait de la relation étroite à l’autre et avons alors une mauvaise représentation de ses intentions. A noter que les personnes complexées et souffrant d'un manque d'estime de soi ont davantage tendance à mal interpréter les propos de leur interlocuteur; elles se sentent souvent indexées et mésestimées.

 

Comment éviter les malentendus ?

Pour éviter les malentendus, il est nécessaire dans un premier temps de développer une grande capacité d'écoute et d'interprétation. Cela permet de prendre le temps de bien intégrer le message et de le contextualiser. Il est également nécessaire d’accepter que l’autre ait une vision ou une opinion différente de la nôtre. En tant qu'émetteur du message, la priorité est d’être clair, de s'exprimer en des termes accessibles et compréhensibles par tous. D’autre part, il est important d’essayer de rester neutre, objectif et moins dans l'affectif quand un sujet sensible surgit. Il est utile de se mettre à la place de l'autre pour mieux comprendre sa situation, de ne pas juger trop vite pour éviter les fausses interprétations. Accepter de pouvoir être à l'origine d'un malentendu nous permet aussi de mieux comprendre le mécanisme et éviter qu'une situation de malentendu se répète trop souvent. Dans certains contextes où les relations se tendent facilement, il est bon d’éviter de délivrer des messages trop ambigus même si nous craignons d’être direct et blessant. Cela permettra à l’avenir d’avoir une relation plus saine.

Les malentendus surviennent donc fréquemment dans les rapports humains et peuvent avoir des conséquences négatives sur nos relations au quotidien. Pas étonnant dès lors que le malentendu ait si souvent été exploité sous la forme de la méprise ou du quiproquo comme ressort comique ou tragique au théâtre ou dans la littérature. Il est cependant possible de les contenir, de les anticiper ou de les gérer autrement lorsqu'ils surviennent. C’est aussi souvent une question de tolérance et d’expérience !

Comment appréhendez-vous les situations de malentendus ? Parvenez-vous à les anticiper et à les affronter ?

 

Photo © Adobe – Auteur : lolloj

charlotte4575, 12.09.2019

Riga_Kiev
3 | 16.09.2019, 12:55

"Il est également nécessaire d’accepter que l’autre ait une vision ou une opinion différente de la nôtre"

A la lecture de certain commentaire 2 50plus C pas gagné
G vu quelques spécimens avec D avis sur tout et tous. Comme 1 nécessité de remplir l'espace et avec D piques systématiques à C pas mon copain ou C pas ma copine.
Héhé s'il y a réaction On dit C1 malentendu ou C2 la susceptibilité. Pour moi C2 la malveillance controlé

Pour éviter 2 me répandre en malentendus, j'enlève la photo hihi

AMELIE97
0 | 16.09.2019, 09:19

Edel, c'est ce qui permet justement aux pièces de théâtre de qualité de vivre plusieurs interprétations, tout aussi valables, actualisées en dépit de leur ancienneté d'écriture.
Personnellement, si je peux me passer de dire, je ne peux me passer d'écrire. Mais ce que j'écris n'est pas forcément réalité de vie physique et actuelle et psychologique... l'écriture est toujours un art de projection. La parole, hélas, est trop souvent un jeté projeté ...

Edel13
4 | 16.09.2019, 01:00

Entre
Ce que je pense,
Ce que je veux dire,
Ce que je crois dire,
Ce que je dis,
Ce que vous avez envie d'entendre,
Ce que vous entendez,
Ce que vous avez envie de comprendre,
Ce que vous comprenez,
Il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer.
Mais essayons quand même...

Encyclopédie du savoir relatif et absolu
Edmond WELLS

Et c'est bien vrai. Souvent dans l'écrit par rapport à l'oral, il manque l'intonation, l'échange de regards, la gestuelle, les mimiques qui accompagnent les mots et qui permettent souvent d'éviter l'erreur d'interprétation contrairement à l'écrit. On a beau rajouter tous les émoticônes de la terre ça ne fait pas "tout"

mayah_12
2 | 14.09.2019, 12:46

" Éviter de délivrer des messages trop ambigus même si nous craignons d’être direct et blessant " : vi, vivivi...Mais quand on est franc et direct, on heurte ceux qui ont une susceptibilité exacerbée (et quand en plus, ils sont rancuniers...!) Il serait grand temps de les mettre au placard, celles-là ! La susceptibilité nous fait prendre des sardines pour des baleines, que c'est regrettable et dommageable !
Et puis, il y a aussi des malentendus qui n'en sont pas : ce sont des non-entendus parce qu'ils révèlent des choses de soi que l'on ne veut pas voir.
Il en faut, du courage et de l'honnêteté, pour regarder en face nos zones d'ombre.
Les soi-disant malentendus sont aussi parfois le fait de messages subliminaux pour ne pas dire les choses franchement : ce n'est pas mieux, parce que cela induit ce que je nomme des " bad waves".
" Le 1er qui dit la vérité, il doit être exécuté " ( Guy Béart ) : c'est toujours vrai...

julieperle
2 | 13.09.2019, 12:22

je suis trop entiére et susceptible j'attache une trés grande importance aux mots qui sont prononcés même si la personne ne le dit pas dans le mauvais sens je l'interpréte comme tel

AMELIE97
1 | 13.09.2019, 08:28

Je trouve que ma communication est plus saine quand je suis seule en jeu vis à vis de mon interlocuteur/trice ou de mes interlocuteurs/trices. Parce que je peux revenir en arrière librement sans que personne ne me dise : "laisse tomber" lorsque je me rends compte que parce que j'ai mal entendu (et oui, le brouillage auditif/réceptif est fréquent) ou que j'ai mal réagi, et alors je peux rétablir une situation et ensuite ceux/celles, celui/celle à qui je m'adresse sait/SAVENT /
- un = à quoi s'en tenir sur mes capacités d'écoute et de compréhension
- deux = sur mon comportement, mon caractère
- trois = me fuir s'ils jugent que cela ne peut leur convenir dans la durée ou au contraire repartir avec moi sur un terrain de confiance plus prudent vis à vis d'eux-mêmes et de moi, donc plus constructif.
Mais il est tout à fait possible que je me trompe aussi dans mon raisonnement. Quoiqu'il en soit, je sais par expérience que les gens, proches ou pas, me font confiance dans la durée et que cela n'empêche nullement une meilleure connaissance ou au contraire une plus grande réserve... Tout dépend alors du respect de l'émotivité de l'autre, de ses faiblesses, de son être en somme. NOUS DEVENO NS DE MEILLEURS COMMUNICANTS AVEC LE TEMPS.