La notion de chance

La notion de chance

11 | 949 Consultations

La chance est une notion relativement vaste qui désigne un heureux hasard, un événement favorable dont nous ne connaissons pas les conditions. Lorsqu'une personne est confrontée à une situation qu'elle ne contrôle pas, cette dernière a pour issu l'échec ou la réussite… Ce facteur chance est un élément inconnu qui vient débloquer favorablement ou défavorablement une situation. Voici un petit tour d’horizon de ce que peut signifier la baraka, le pot, la veine ou encore la bonne étoile.

 

La chance se provoque-t-elle ?

Louis Pasteur disait : « la chance ne sourit qu’aux esprits qui sont bien préparés ». La chance - dit l’adage - sourit aux plus audacieux : soit nous saisissons l’opportunité et œuvrons à notre bonne fortune, soit nous ne la voyons pas et il ne se passe rien. Le facteur chance ne serait donc pas un pur hasard, mais le fruit d’un comportement actif et attentif. Pourtant, dans certaines situations, la chance ne découle pas d’un effort particulier de la personne concernée. C'est le cas notamment des jeux de grattage ou du casino. Ici, bien que certains aient des techniques ou superstitions, le facteur chance est le seul décisionnaire. 

 

Saisir sa chance

Une expression dit que certaines occasions ne se présentent qu'une fois. Dire qu’une personne passe à côté de sa chance signifie qu'elle a loupé une occasion qui lui a été donné par le hasard ; si par exemple elle manque son entretien d'embauche dans l'entreprise de ses rêves, ou qu’elle prend une décision contraire à celle qui aurait pu lui être bénéfique. Prendre son destin en main pour utiliser cette chance qui s’offre à nous n’est pas donné à tout le monde. Certaines personnes, trop passives ne font rien pour « saisir » cette chance ; on peut dire alors qu'elles passent à coté.  La chance existe-t-elle uniquement pour ceux qui savent l'utiliser au moment où elle se présente ? Reste à se persuader et à reconnaitre qu’il s’agit bien « de la chance de leur vie ».

 

Croyance, destinée, hasard, providence ?

Certains croyants associent la chance à la notion de religion. Dans ce cas, on ne parle pas vraiment de chance, mais plutôt d'une action de leurs divinités respectives en leur faveur.  Une personne achète un ticket de loto, les numéros tirés sont gagnants mais cette personne a perdu son ticket…  Parle-t-on alors de malchance, ou plutôt de destinée ? Beaucoup considèrent ainsi que la chance ou malchance dont ils font l’objet ne sont pas provoqués par eux-mêmes, mais par les divinités ou autres forces externes auxquelles ils croient. Le destin étant par nature inéluctable et immuable, ils se retrouvent impuissants face à ce qui leur arrive.

 

Distinguer ce qui dépend ou non de nous

Il importe de distinguer ce qui dépend de nous, sur quoi nous avons l’obligation d’agir, de ce qui n’est pas de notre ressort, que nous devons accepter comme tel. Qu’un malheur survienne, nous ne pouvons l’empêcher. Mais il nous appartient de décider si notre existence s’arrête là ou si nous pouvons en faire une expérience constructive… La notion de « sérendipité », développée par le romancier britannique Horace Walpole au XVIIIe siècle,  s’intéresse aux erreurs susceptibles d’engendrer de grandes trouvailles. Ainsi, c’est parce qu’il s’égare de plusieurs milliers de kilomètres que Christophe Colomb trouve l’Amérique, parce qu’elle met sa tarte à l’envers dans le four qu’une des sœurs Tatin invente une succulente pâtisserie, parce qu’un échantillon oublié dans son laboratoire s’est couvert de moisissures que Fleming découvre la pénicilline. Tout cela serait-il arrivé si chacun d’eux avait voulu corriger son erreur plutôt que d’essayer de voir le positif dans le négatif ?

 

Le besoin de tout expliquer

« Nous avons du mal à accepter les coïncidences, reconnaît Dominique Desjeux, professeur d’anthropologie sociale. « Nous supportons mal une explication par le hasard. Nous préférons la nécessité : chercher le destin, la conspiration, le complot, l’intention, bonne ou mauvaise». Pourquoi le hasard est-il si difficile à admettre ? Car ce serait « accepter que tout ne soit pas explicable, accepter une certaine dose d’incertitude, de non-maîtrise, donc d’angoisse », répond-il. Pour limiter celle-ci, il nous faut par conséquent donner un sens à l’inexpliqué. Croire en sa bonne étoile est nettement plus rassurant que de vivre dans un monde où tout – le meilleur et, surtout, le pire – peut survenir sans raison. Devant l’insondable mystère de notre condition humaine, nous ne cessons d’avoir besoin de croire au miracle, comme le disait le psychiatre Carl Gustav Jung, pour nourrir notre désir de vivre.

 

La notion de chance contient de nombreuses interprétations. Comment définiriez-vous la chance ?  Que pensez-vous de l’affirmation du philosophe Elsa Godart « La chance, c’est aussi un regard sur le monde. Nous contribuons à la faire advenir en cultivant notre capacité d’émerveillement» ? Vos points de vue nous intéressent !

 

 

Photo © Fotolia – Auteur : Sonja Calovini

 

 

 

Betty_Nelly, 04.07.2019

Jba545556
1 | 10.07.2019, 21:57

Oui saisir sa chance le meilleur de la vie reste à vivre

AMELIE97
2 | 08.07.2019, 08:54

Je suis d'accord avec la philosophe psychanalyste Elsa Godart et je ne sais pas donner une nouvelle définition de la chance. Pour simplifier, je dirai en citant le titre de l'un de ses ouvrages, que c'est savoir saisir "ce qui dépend de moi". Mais il faut déjà être plongé dans un univers bienveillant pour savoir saisir... Ainsi si je mesure ce que je suis devenue, j'estime avoir eu de la chance. Mais combien d'années sombres, pessimistes m'a-t-il fallu traverser pour arriver au stade de la grâce, de la confiance en moi pour saisir ma chance ? Combien ne connaîtront jamais cet état, ce tremplin vers la chance... ?

marie93
5 | 05.07.2019, 08:05

La chance, la seule pour moi, celle de vivre et celle d'être en bonne santé, puisque nous n'avons aucune prise sur cette action. Souvent, je me pose cette question, pourquoi il ou elle est parti(e) et pas moi.
Sinon, la plus part des actes de notre vie, sont de notre fait, la part chance est très faible.
Certes quelques uns de nos choix ne sont pas judicieux, mais nous les avons voulu, ou nous avons voulu y croire. Tout vient de nous, de notre ressenti à un moment précis de notre vie.....
Ma devise, "'j'ai la chance que je mérite"

Edel13
5 | 04.07.2019, 20:42

Je ne sais pas si mon com est passé, car j'ai été déconnecté entre temps ...
Alors si vous l'avez déjà reçu merci de supprimer celui-ci

La chance et le hasard sont deux choses différentes pour moi. Comment savoir si c’est « la chance de notre vie » sans avoir essayé ?
Comment dire que quelqu’un est chanceux ou malchanceux. Le hasard nous met en confrontation avec des choix à faire et nous serons, seuls décisionnaires de ce que l’on va en faire ou pas. En fonction de ce qui se présente, on sait pertinemment (ou pas) que cela ne se représentera pas deux fois, mais si l’on n’ose pas on ne saura jamais si c’était (ou pas) la chance de notre vie.
Je me souviens d’avoir vu il y a une bonne dizaine d’année une émission sur un homme qui avait la scoumoune comme on dit.
Je ne sais plus combien de chutes, d’accidents (voiture ou deux roues), d’intoxications, de comas ... il avait connu. Le présentateur l’avait présenté comme le plus malchanceux du monde (ou de France peut-être). Je me souviens m’être dit « il n’est pas le plus malchanceux parce qu’il s’en sort à chaque fois plutôt bien, alors que d’autres n’auront qu’un seul problème dans leur vie et ils en mourront ou en resteront handicapé à vie».
Il y a des cas où l’on se demande pourquoi ça arrive, moi je dis que c’est « mon heure » (en bien ou en mal) car je n’aurai pas pu interagir, mais dans la majorité des cas, la chance ou la malchance vient de l’analyse en amont que l’on a faite.
De même dans les jeux d’argent que ce soit à la FDJ ou au Casino, la chance n’entre pas en jeu. Ce sont des probabilités et l’on sait que l’on a une chance sur X millions de combinaisons de gagner.
Quand on va jouer au loto par exemple, on veut croire que ça peut nous arriver, mais en fait la probabilité que ce soit « vous » est infinitésimale... Les seuls chanceux, sont le casino, l’état et ... moi parce que je ne joue pas ^^.
Je pense que la chance c’est un peu comme le « bonheur », il faut y croire et regarder le positif de tout ce qui peut nous arriver de négatif.
En général on se rappelle plus de nos « malchances » que de nos « chances ». Alors soyons optimistes et pensons en permanence que nous avons de la chance parce que ça aurait pu être bien pire

toujourscurieux
5 | 04.07.2019, 13:58

Bonjour à tous. Je pense que une éventuelle opinion sur l'existence ou non de la chance est régie par une option fondamentale : croire ou ne pas croire que nous ne sommes pas seuls dans l'univers ; c'est-à-dire penser qu'il y a où qu'il n'y a pas d'autres entités décisionnelles.
C'est la plaque tournante de notre attitude intellectuelle vis-à-vis de la chance.
Perso, compte tenu des éléments non réfutables comme le rapport Cometa; je pense
qu'il existe d'autres entités responsables.
Encore un article intéressant de Betty-Nelly. Ça déménage et c'est très bien ainsi
TJC

Dokkaz
5 | 04.07.2019, 13:16

Bonjour Betty Nelly, je suis plutôt d'accord avec l'affirmation d'Elsa Godard, j'ajouterai un regard attentif sur le monde.
Tout n'est pas parfait dans ma vie, et cependant je m'estime chanceuse. Le hasard et la capacité de rebondir ne sont certainement pas étranger à cela.
Et puis, comme je l'ai dit dans le blog d'Ebbie, je crois en ma bonne étoile.