L'intelligence émotionnelle

L'intelligence émotionnelle

14 | 1152 Consultations

« Notre réussite professionnelle dépend moins de notre quotient intellectuel ou de nos diplômes que de notre savoir-faire émotionnel », affirme le psychologue américain Daniel Goleman. En effet, depuis une quinzaine d’années, des psychologues se sont penchés sur la notion d’intelligence et sont parvenus à un constat qui a bousculé les codes : l’homme n’est pas doté de la seule intelligence intellectuelle. Focus sur l’intelligence émotionnelle ou les compétences essentielles pour l’équilibre affectif et l’harmonie relationnelle.

 

Arrêter de coller des étiquettes aux gens

 Avant la découverte de l’intelligence émotionnelle, la seule intelligence qui était reconnue était celle logico-mathématique et verbale (capacité de raisonnement et d’analyse), mesurable avec des tests de quotient intellectuel (QI). Les résultats de ces épreuves mettaient les individus dans des cases allant, grossièrement, de génie à idiot. C’était le QI qui décidait de la valeur d’une personne. Mais un problème se pose avec le QI : comment est-il possible que certaines personnes qui ont un QI très élevé réussissent moins bien dans leur vie professionnelle et personnelle que d’autres qui ont pourtant un QI plus faible ? L’explication se trouve au niveau de l’intelligence émotionnelle. 

 

Qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle ? 

La notion d’intelligence émotionnelle fait abstraction de la plupart des capacités scolaires/intellectuelles. Selon Goleman, l’intelligence émotionnelle d’une personne engloberait cinq compétences de base : la conscience de soi, la maîtrise de ses émotions, la motivation, l’empathie et la capacité à se mettre en relation. Ces domaines, auparavant appelés caractère ou personnalité, ont longtemps été relégués au rang de réactions primaires et incontrôlables, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Connaissez-vous votre amygdale cérébrale ? Il s’agit d’une petite structure du cerveau limbique possédant un système de régulation des émotions. Par exemple, l’amygdale fait de nous des individus à l’écoute ou non, capables ou non de faire face aux désaccords avec les autres. Il est reconnu que l’intelligence émotionnelle, cet art d’utiliser ses émotions se travaille et peut s’améliorer.

 

Une tête bien faite vaut mieux qu’une tête bien pleine 

Il est bien évident que le quotient intellectuel reste une notion importante. Mais ce que démontre Daniel Goleman dans son livre, c’est que le QE (quotient émotionnel) permet de pouvoir réagir à certaines situations, en interprétant et en utilisant les émotions, ces dernières motivant l’action. Afin de s’assurer un équilibre affectif et une harmonie relationnelle, il y a cinq compétences qui entrent en jeu : - la conscience de soi et la capacité à comprendre ses émotions qui permettent de s’évaluer, de se faire confiance et d’écouter son instinct, - la maîtrise de soi (ou l’autorégulation) qui entraîne une gestion des émotions et une utilisation à bon escient, sans se laisser submerger par elles, - la motivation interne qui optimise l’esprit d’initiative, et qui utilise les échecs pour avancer et persévérer dans une voie, - l’empathie, qui donne à l’individu la possibilité de trouver sa place dans un groupe en sachant comprendre les autres, en acceptant un point de vue différent, afin de réussir à entretenir des bonnes relations avec des personnes différentes, - les aptitudes humaines, qui entraînent une maîtrise et une compréhension de ses propres sentiments ainsi que de ceux de ses interlocuteurs pour gérer les conflits, convaincre, négocier ou guider. 

 

Cultiver son intelligence émotionnelle 

La notion d’inconscient doit être prise en compte quand on parle d’intelligence émotionnelle, dans le sens où celui-ci nous empêche d’exprimer pleinement nos émotions. Pour améliorer son quotient émotionnel, il faut avant tout faire un travail sur soi, afin d’éviter que ce soit l’inconscient qui commande les émotions. Il importe en l’occurrence de se poser des questions telles que : pourquoi je n’arrive pas à gérer mon stress ? À reconnaitre que j’ai tort ? À parvenir à pardonner ?  À me relever d’un échec ?  À comprendre ma susceptibilité ?  À gérer les conflits ? Il existe des thérapies individuelles qui visent à cultiver l’intelligence émotionnelle et rendent les individus totalement maîtres de leurs émotions.

 

Que vous inspire ce sujet ? Le quotient intellectuel d’une personne est-il primordial pour vous ? Que pensez-vous de l’intelligence émotionnelle ? Connaissez-vous votre quotient émotionnel ?

 

 

Photo © Fotolia –  : tumsasedgars

Betty_Nelly, 11.10.2018

othentic
0 | 17.11.2018, 18:31

Comme avicenna je dirai que le quotient intellectuel haut n'est pas forcément un avantage, beaucoup de surdoués pataugent... il leur faudrait pour accentuer leur chance à un certain bonheur, émotionnel et/ou sentimental d'autres atouts. Par exemple : la confiance en soi, la non timidité etc... appelez les comme vous voulez.. mais ca peut faire la différence... euh je crois hein ...

Guilaine42
0 | 07.11.2018, 21:35

Bonjour, j'accorde beaucoup d'importance à l'intuition dans les rapports humains : comment je perçois la presonne qui est en face de moi. Que dit-elle par son attitude, son regard, son expression verbale et gestuelle.
De même l'empathie est nécessaire pour créer une relation vraie et sincère.
Ces critères me semblent participer de l'IE. Ils y en a certainement beaucoup d'autres...

avicenna
0 | 18.10.2018, 18:26

Le quotient intellectuel n'est pas un avantage, bien au contraire. N'importe quel petit br..leur apprend en quelques secondes ce qu'un universitaire ne comprendra sûrement jamais: la tchatche.
Si l'intelligence émotionnelle existait vraiment, nous percevrions rapidement ce que nous yeux et nos oreilles nous disent. Un regard fuyant, des formules stéréotypées, des échappatoires aux questions directes, etc. Et ceci vaut pour les genres masculin et féminin confondus.
Il reste que malgré tous les péchés d'Israël que l'on peut attribuer au QI, il reste à peu près la seule et imparfaite manière d'évaluer notre vis-à-vis. L'instinct? peut-être, mais peut-on assimiler l'instinct à de l'intelligence émotionnelle? Discutable.
Nous ne sommes pas près de trouver une base de relations commune entre hommes et femmes si nous nous envoyons les uns les autres sur des voies de garage. Je crois que ce discours sur l'intelligence émotionnelle en est une.

PEUPSY
2 | 12.10.2018, 12:58

je suis d'accord avec ce que dit Mr Calvyves88, je ne connaissais pas ce terme de"intelligence émotionnelle, je commence à faire la part des choses depuis presque 5 mois que je vais mieux, je suis atteinte de la maladie "Bipolaire" et cette maladie ne me fait pas voir la vérité en face, je commence à voir mes tords, à parvenir à pardonner, mais les personnes concernées, mes soeurs, ne le reconnaissent pas, tant pis, je fais avec des amis, je suis très émotive et e dois travailler dans ce sens, pour gérer les conflits, je ne suis pas la seule concernée Merci pour ces renseignements qui continuerons à m'aider

PEUPSY
1 | 12.10.2018, 12:52

je suis d'accord avec le commentaire de Carlyves88, je m'efforce depuis presque 5 mois, que je suis mieux pour ma maladie "Bipolaire" j'arrive, je m'en rends compte après la lecture de "l'intellegence émotionnelle dont j'ignorais ce nom avant, j'étais en conflit avec mes filles depuis pus de 6 ans, et là je constate une amélioration, tout ce que j'espère c'est que cel

roselune
1 | 12.10.2018, 10:57

on peut avoir un QI de 120 /140 sans avoir de la logique faire des reflexions idiotes ou prendre de trés mauvaises décisions, car le cerveau comportant deux lobes celui de l'intelligence et l'autre de la logique quelque fois cela peut être difficile a vivre lorsqu'on posséde 120 de QI est 80 de logique certain peuvent avoir un QI dans la moyenne de 100 et être trés manipulateur,,trés malin,,et magouillard,,,