Le célibat après 50 ans

Le célibat après 50 ans

8 | 2100 Consultations

Voici le troisième volet de l’interview réalisée avec le docteur Woinoff, psychothérapeute et spécialiste des relations amoureuses des plus de 50 ans. Vous pouvez lire ou relire la première partie ici et la deuxième partie ici.  Nous nous attachons cette semaine à la question du célibat.

 

 

Le club : Pourquoi tant de personnes divorcent-elles en vieillissant ?

Docteur Woinoff : Il y a plusieurs raisons à cela : de nos jours, le divorce n'est plus considéré comme tabou par les seniors, et comme l'espérance de vie a augmenté, la perspective de profiter de décennies de bonheur après 50 ans séduit. On hésite moins à divorcer si le quotidien avec notre partenaire de longue date ne répond plus à nos attentes. La crise de la cinquantaine se transforme en une « seconde puberté » au travers de laquelle on peut s’épanouir et où une nouvelle vie de couple peut être envisagée. Avec le renforcement de la parité et un niveau général de prospérité plus élevé au sein de la société, le divorce n’est plus nécessairement synonyme de déclin financier, voire de précarité ; de plus en plus de couples matures peuvent se permettre de divorcer sans que leur niveau de vie en soit bouleversé.

 

Le Club : Que recherchent les célibataires ?

Docteur Woinoff : C'est justement lorsque les enfants sont partis de la maison que la question de la relation se pose à nouveau pour de nombreux couples. Il n’est plus question de fonder une famille. La recherche de l’âme sœur et d’une grande proximité émotionnelle a pris le pas sur le schéma initial basé sur la sécurité matérielle et la maternité. Les seniors éprouvent un regain d’énergie qui se caractérise par une grande ouverture et un esprit d’initiative accru. Je perçois cette évolution des critères de choix du partenaire idéal nettement plus chez les femmes. Les hommes quant à eux se cantonnent volontiers aux critères d'attractivité d’une femme, quand ils ne les perçoivent plus chez leur conjointe. D'après mon expérience, l'âge et la jeunesse tels qu’ils sont perçus jouent un rôle important. Les plus de 50 ans se sentent encore séduisants, sexy et n’hésitent pas à avoir recours à l’industrie cosmétique. Ils souhaitent continuer à flirter, et vivre des moments de passion intense, même à un âge avancé. Cela peut ainsi conduire à des écarts dans la vie de couple, voire à des divorces. C’est dans ce dernier cas que s’ouvre une nouvelle étape de vie de célibataire.

 

Le Club : Les célibataires peuvent-ils être heureux ?

Docteur Woinoff : D'après mon expérience, les personnes résolues à rester célibataires sont plutôt rares. Ce peut être le cas si une ou plusieurs relations précédentes ont été à ce point dramatiques, blessantes et traumatisantes que la peur que cela puisse se reproduire étouffe toute motivation pour un nouvel engagement. Il peut aussi arriver qu’un traitement abusif, dominateur, et éventuellement maltraitant de la part de l'un ou des deux parents pendant l’enfance et l’adolescence ait détruit toute confiance dans une relation saine. Parfois, le célibat de longue durée s'explique aussi par le fait que le/la partenaire souhaité(e) n'est tout simplement pas disponible. On préfère alors rester seul(e) plutôt que d’être mal accompagné(e). Certes, la vie de célibataire présente quelques avantages par rapport à la vie en couple, mais il y a aussi des inconvénients majeurs : même si un célibataire a généralement beaucoup d'amis et de connaissances pour entreprendre toutes sortes d'activités, rien ne remplace un ou une amoureux (se) pour partager des moments de tendresse, d’érotisme, mais aussi pour échanger des idées et parler de ses états d’âme. Renoncer consciemment à cette merveilleuse aventure de la vie humaine et se laisser tenter par le célibat est, à mon avis, un prix trop élevé à payer.

 

Le Club : Existe-t-il de nouvelles tendances chez les célibataires ?

Docteur Woinoff : Oui, en effet il existe une nouvelle pratique plutôt originale…, qui tend vers une vie de célibataire libre et épanouie, dont l'apogée est la « sologamie », ou l’art de mieux s’aimer en se mariant avec soi-même… Le but est de s'épanouir sans dépendre de l'autre pour vivre dans le bonheur. Une philosophie de vie qui vise l'autonomisation : il s'agit de se centrer sur soi et de mieux se connaître. De s’assumer à 100% et de revendiquer son célibat au travers d'un acte fort et démonstratif.

 

Le Club : Des études ont montré que la solitude augmente la probabilité de nombreuses maladies. La solitude rend-elle malade ?

Docteur Woinoff : Oui. La solitude est un facteur de risques important. Elle conduit à différentes pathologies, telles que l'hypertension, les maladies cardiaques & pulmonaires, la dépression, les troubles du sommeil et le déclin cognitif accéléré chez les personnes âgées. Les personnes qui se sentent seules souffrent d'un stress chronique avec toutes ses conséquences néfastes. Rien de mieux justement pour faire un beau pied de nez à la solitude que de vous inscrire au Club-50plus !

 

Comment avez-vous vécu, ou vivez-vous le célibat ? Y en a-t-il parmi vous qui l’apprécient ? Avez-vous eu des hésitations avant de vous lancer dans une (nouvelle) recherche de partenaire ? Vos témoignages nous intéressent !

 

Photo© Adobe – Auteur : Pascal Huot

charlotte4575, 21.07.2022