Chercher l’amour après 50 ans, quelles spécificités ?

Chercher l’amour après 50 ans, quelles spécificités ?

12 | 1855 Consultations

Voici le dernier volet de l’interview menée avec le docteur Woinoff, psychothérapeute et spécialiste des relations amoureuses des plus de 50 ans. Vous trouverez les trois autres volets de cette interview dans la rubrique « Magazine », « Amour et sexualité ».

 

 

Le Club : Comment l'amour évolue-t-il avec l'âge ?

Dr. Woinoff : le comportement amoureux évolue nettement moins avec l'âge qu'on ne peut le penser. Un couple de sexagénaires fraîchement amoureux ne se comporte pas différemment d'un couple de trentenaires dans la même situation: un peu moins de sexualité certes, mais plus de tendresse… Peut-être que les deux amoureux sont plus prudents et plus clairvoyants dans leur nouvelle relation avec l'autre qu'un jeune duo. De nombreux couples s’étant formés après la cinquantaine se comportent d’ailleurs comme les couples d’étudiants: chacun a sa propre vie, il n'y a pas (encore ou plus) de projet de fonder une famille ensemble, chacun laisse à l'autre beaucoup de liberté pour ses propres activités. On ne fait à deux que ce qui est agréable et qui fonctionne bien. Emménager ensemble peut être une option, mais ce n'est pas une obligation, cette option peut être reportée à un avenir indéterminé. Les enfants issus de relations antérieures jouent un rôle non négligeable, surtout s'ils vivent encore avec l'un ou les deux nouveaux partenaires. Cela peut être un élément enrichissant, mais aussi un facteur aggravant. Il est important qu'un couple de « jeunes amoureux » considère également les priorités de leurs enfants respectifs et compose avec. En adoptant cette attitude, il est rare qu'il y ait des disputes sur « les priorités » et une sorte de concurrence entre les enfants et le nouveau partenaire n’existe pas. Ce qui peut par contre beaucoup changer, c'est l'amour vieillissant, c'est-à-dire un couple qui est ensemble depuis longtemps et dont l'amour a pris de l'âge. Mais ce n'était pas la question.

 

Le Club : Pourquoi devrait-on chercher un partenaire après 50 ans ?

Dr. Woinoff :  On ne « doit » pas chercher un partenaire, mais on « peut » le faire. Parfois, un sentiment de gêne, voire même de honte, empêche les seniors de trouver un partenaire, même si le besoin d'amour, de proximité et de tendresse est bien présent. Pourtant une relation, surtout à un âge avancé, est la meilleure protection contre la solitude. Il est scientifiquement prouvé que la tendresse est extrêmement saine et la grande majorité des gens ressent le bonheur partagé comme un bonheur décuplé. Les enfants en particulier sont généralement soulagés lorsque leur père et/ou leur mère n'est plus célibataire et a retrouvé l'amour. Ils se sentent alors moins redevables…Dans l'ensemble, un changement des mentalités est nécessaire pour que la recherche de l'amour et de la sexualité dans cette tranche d’âge soient considérés comme quelque chose de tout à fait normal. Ainsi une grand-mère pourrait dire sans vergogne à son petit-enfant : « Demain, j'ai rendez-vous avec un homme sympathique, voyons s'il embrasse bien ?! » ;-).

 

Le Club : Combien de temps doit s’écouler entre la dernière et la nouvelle relation ?

Dr. Woinoff : cela dépend beaucoup de l’état émotionnel de chacun. Je ne crois pas qu'il faille d'abord respecter un certain laps de temps, qui dure généralement des mois, avant de franchir le pas et retomber amoureux. Parfois, les relations s'imbriquent directement l'une dans l'autre, parfois elles se chevauchent, parfois il faut effectivement un temps « d'assimilation et de récupération » avant que le cœur puisse à nouveau s'ouvrir à une nouvelle personne. Mais c'est à chacun et chacune de le découvrir et de décider pour soi-même. Il ne faut en aucun cas réprimer les sentiments amoureux envers une nouvelle personne simplement parce que ces derniers sont apparus « trop tôt » après la fin d'une relation. Le cœur est un muscle dynamique qui peut s'adapter rapidement à de nouvelles situations.

 

Le Club : Que faire si la première rencontre s'avère être une déception ?

Dr. Woinoff : on peut certainement essayer d’analyser les raisons de cette déception et se poser des questions telles que : avais-je des attentes trop élevées ? Me suis-je comporté(e) de manière maladroite ou malhonnête ? Ou est-ce que ce n'était pas moi, mais plutôt la personne en face ? N’étions-nous tout simplement pas compatibles ? Le fait qu'une première rencontre puisse conduire à une déception, comme toute autre rencontre, doit être pris en compte dès le début. Cela peut arriver. Dans ce cas, je dis volontiers à mes patients : « Qui cherche trouve » ou encore « Il n’y a pas d’échec, il n'y a que des abandons ». Dans tous les cas, il faut continuer à chercher. Généralement, quelques rendez-vous suffisent avant de trouver la bonne personne.

 

Combien de temps s’est écoulé entre votre dernière relation et la nouvelle ?  Comment avez-vous vécu cette rencontre, au regard de celles vécues plus jeune ? Comment vivez-vous le regard de votre entourage ? Avez-vous lors d’un premier rendez-vous été déçu et comment avez-vous rebondi ?

Vos témoignages nous intéressent !

 

 

Photo© Adobe – Auteur :  auremar

 

 

Betty_Nelly, 04.08.2022