une cousine est prof, elle a fait carrière au Maroc,France et la Réunion, elle a pris sa retraite et est restée à la Réunion !
!
Voila vive la vie ! là j'ai trouvé je pense m'installer à saint paul.a suivre...
Et bien Passerine tu me trouveras facilement si tu le souhaites. Ma commune est bien située et bien desservie. Bonne année.
:D merci Amelie
Je pense que c'est chaque personne qui a ses habitudes, son "train de vie", voir famille et amis à proximité qui font le quotidien.

J'ai été un "pigeon voyageur" pratiquement toute ma vie, cela dû à ma profesion "ancien militaire de carriere", j'ai été marié et c'est toujours en "famille" que j'ai eu mes déplacements . 17 en 36 ans .....les enfants ont grandis et ..et cela a été le divorce comme la plupart des militaires qui mènent cette vie.
Il n'est pas évident pour une épouse avec 3 gosses d'organiser ces départs ...retours ...changement d'écoles pour les enfants ....être loin de sa famille ...oui, tout cela est un balaise de détonateur et tant que l'on tire sur la corde .....elle finit par casser.

Es ce de ma faute ? Je me suis posé la question ...certains diront que c'est "l'usure" du couple, ....d'autres diront que c'est l'appat du gain ...il est vrai que nous menions une vie aisée, ma situation le permettait et ni mon épouse ou nos enfants ont subis des "contraintes" qui auraient pù mettre notre foyer en danger. Je tenais trop à mon foyer.
Voila une situation exposée, qu'en pensez vous en votre âme et conscience ?
Bonjour Johatan,
Tu n'as pas fait ta retraite dans les pays chauds, tu y as fait carrière, c'est différent et c'est la situation de nombreux expatriés. Perso j'ai passé le plus grand nombre d'années de ma vie hors de l'hexagone ... Si je passe ma retraite finalement dans l'île où j'ai fini ma carrière, ce n'est que parce que je m'y suis finalement trouvé plus de raisons d'y vivre qu'en métropole. Est-ce définitif ? j'en sais rien. Je me considère comme un oiseau migrateur, toujours attaché au nid de son territoire d'origine... Cela ne m'a jamais empêché de me donner à fond dans le travail ou dans le bénévolat là où je résidais.
Ce qui est certain, c'est que l'on continue à me dire : quand reviens tu définitivement ? Mais enfin, t'as pas l'intention de mourir là- bas ?
Et cela en dépit du fait que je me consacre moi à ma famille lointaine bien plus que ses membres eux ne se consacrent entre eux de temps, de générosité à se voir, à se fréquenter, à s'inquiéter de leur santé . En plus ils se permettent entre eux de se fâcher, de ne pas aller aux enterrements de l'un ou l'autre !!! Non, je n'ai finalement aucun scrupule à dire que mon éloignement géographique me rend très proche de ma famille. Je suis certainement le pigeon ça oui... puisqu'on considère que moi je peux alors qu'eux ne peuvent pas se déplacer, se rencontrer, se réconcilier...