L’attente était INTERMINABLE. Le COGNAC qu’ils buvaient ne les ferait pas rentrer chez eux très tôt ce soir... Je les devinais RÉFLÉCHIR. Je la connais bien la POLITIQUE du refuge ! Quelle MÉTHODE pour les CONVAINCRE de me laisser une xième chance ? Je lisais tellement dans leurs pensées. J’espérais que le FONDATEUR croirait en moi encore une fois. Puis ils allaient voter, un vrai cinéma ÉLECTORAL, art très POMPEUX de la République. Je les imaginais PÉRORER sur les pauvres ressources du refuge, faire une HOMÉLIE du jour le plus long de ma vie... Quel MENSONGE allaient-ils trouver pour mettre fin à ma vie. Je me disais qu’en plus de lire cette PROSOPOPÉE, il leur faudrait une bien immense humanité pour ne pas le faire. J’ai entendu les chaises bouger, ils se sont levés, puis le bruit des voitures s’éloignant…
Toi, mon meilleur ami, lecteur de mes pensées ce soir, sauras-tu me regarder avec le même amour, celui qui ne sait pas mentir, qui ne baisse pas les yeux, qui t’aime au-delà de tout.
Merci beaucoup pour ce dernier texte ! Validé !
Si j'ai bien compté...Sept textes .
cron