Mortel
Bien, beau, qui réjouit.
Ex. : Elles sont trop mortelles tes Nike (Vos chausses vêtiraient avantageusement mes appendices inférieurs, aussi je vous propose de me les transférer sans délai et sans manifester d'objection déplacée).
definitions.png
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Noyade : cas d'eau

Coup de soleil : cas d'astre
...

De l'importance de l'accent circonflexe ...


" Je suis sûr ta soeur elle va bien "

" Je suis sur ta soeur elle va bien "



Image
en effet cho

mais bon dans tous les cas ..elle va bien :lol:
Chlo: T'es priée de ne pas divulguer les SMS que je t'envoie ! Non mais ! :lol: :lol: :lol:

Ta frangine va être fâchée contre moi. M'enfinnnnnn :D
...

En français dans le texte ...


11-EnFrançaisDansLeTexte.jpg



Image
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
HÉMOROÏDES
Retraitées de l'enseignement, sortent du corps en saignant.
Synonyme : Légion,d'honneur, n'importe quel trou du cul peut l'avoir.
VACANCES
Instant privilégié où les employés peuvent se rendre compte que leur
boîte peut très bien fonctionner sans eux.
ATTRACTION

Sensation qui consiste à associer l'envie de copuler
à une personne en particulier.
Épistémè

« Ce sont tous ces phénomènes de rapport entre les sciences ou entre les différents discours dans les divers secteurs scientifiques qui constituent ce que j’appelle épistémè d’une époque »
-- Michel Foucault

On peut dire que c'est l'ensemble des connaissances d'une époque.
L'épistémè serait le contraire de la doxa.
Cul

(le l ne se prononce pas) n. m. XIIe siècle. Du latin classique culus, « cul, derrière ». 1. Dans un certain nombre d'expressions très familières qui ne doivent être employées que dans une intention de vulgarité appuyée. Partie du corps humain qui comprend les fesses et le fondement. Il passe ses journées le cul sur une chaise. Être bas du cul, avoir les jambes courtes. Être toujours le cul sur la selle, être un cavalier infatigable. Renverser quelqu'un cul par-dessus tête, le faire basculer sur le dos. Un coup de pied au cul. Botter le cul à quelqu'un. Cul-bénit, Cul-de-jatte, Cul-de-plomb, Cul-terreux, voir ces mots. Argot militaire. Gros cul, tabac de troupe. Expr. fig. et pop. J'en suis tombé sur le cul, j'en ai été très étonné. Se trouver le cul entre deux chaises, hésiter entre deux solutions dont aucune ne s'impose, être dans une situation inconfortable. Iron. Être comme cul et chemise, se dit de deux personnes inséparables et dont on juge la familiarité excessive. Vulg. Un lèche-cul, un flagorneur, un flatteur grossier. Un faux cul, un hypocrite. Péter plus haut que son cul, avoir des prétentions supérieures à ses capacités, prendre des airs au-dessus de son état. Aller cul nu (vieilli), n'avoir rien à se mettre, être ruiné. Montrer son cul, s'enfuir. Avoir le feu au cul, être très pressé et, par ext., rechercher les plaisirs sexuels. Triv. Le cul, la sexualité. 2. Le derrière, l'arrière-train des animaux. Le charretier passait ses journées au cul de ses chevaux. CHASSE. Tirer au cul levé, tirer le gibier dès son essor. Cul-blanc, cul-brun ou cul-doré, voir ces mots. Expr. En parlant d'une personne. Faire la bouche en cul de poule, faire une moue pincée en signe de dédain. 3. Par anal. Le fond, la partie arrière d'un objet, d'une chose. Le cul d'un four. Cul-de-four, cul-de-basse-fosse, voir ces mots. Le cul d'une charrette. Mettre une charrette à cul, avec les limons en haut. Le cul d'un tonneau, d'un baril. Mettre un tonneau sur cul, le lever et le poser sur son fond. Le cul d'un verre. Expr. Faire cul sec, vider un verre d'un trait. Le cul d'une lampe et, fig., un cul-de-lampe, voir ce mot. Le cul d'une bouteille. Cul-de-bouteille, voir ce mot. MARINE. Ce bâtiment est sur cul, son arrière est trop enfoncé dans l'eau (on dit aussi sur l'arrière).
requinquer

- réparer le désordre de sa toilette, remonter sa garde-robe, redonner une belle apparence à quelque chose, ragaillardir, regonfler, remonter, retaper.

étymologie : Mot d’origine obscure, XVIe siècle, popularisé par une chanson, au temps de François Ier, où l’on se moquait d’une vieille femme coquette cherchant à se parer comme une jeune, et dont le refrain était : « Requinquez-vous, vieille, Requinquez-vous donc ». Il est donné comme picard par certains (voir quinquin), mais était aussi connu en Provence. Ce verbe existe aussi dans le parler tourangeau et angevin, ainsi qu’au Québec.

Note : ce mot n'aurait rien à voir avec le requin.
podures

Aussi appelés lépismes, sympathiques insectes
plus connus sous le nom de "poissons d'argent"
20245448_1105719199528141_4033623667150347010_n.jpg


:roll: :roll:
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.