Toutes les manoeuvres, pressions, intimidations, violences policières n'y auront rien changé!
1. Il existe, bel et bien, un PEUPLE CATALAN! Il ne s'exprime pas, au quotidien, dans la même langue que les Castillans, lesquels ne s'expriment pas, au quotidien, dans la même langue que les Andalous, lesquels ne s'expriment pas, au quotidien, dans la même langue que les Galiciens ... C'est le produit de l'Histoire.
2. Les dirigeants de la Catalogne, démocratiquement élus, ont décidé d'organiser un référendum sur la question de la "nationalité" catalane, de l'autonomie voire de l'indépendance de la Catalogne.
3. Les autorités de Madrid ont choisi d'empêcher le peuple catalan de s'exprimer, démocratiquement, par la voie du référendum, allant jusqu'à mobiliser l'essentiel des forces de police espagnoles en Catalogne (alors qu'existent par ailleurs des forces de polices catalanes!).
4. Le résultat, malgré toutes les entraves, est clair : une forte proportion du peuple catalan s'est exprimée. Environ 40% se sont prononcés pour une déclaration d'indépendance vis à vis de l'Espagne.

Naguère, le peuple écossais s'est prononcé, lui aussi, sur une question similaire mais dans un sens différent : il a refusé l'indépendance. Mais le peuple anglais, lui, s'est prononcé pour la sortie de l'Union Européenne ...

Une question de même nature se pose en Belgique de la part de Flamands ou bien en Corse ou bien encore en Pandanie (l'Italie du Nord) ...

Et si tous ces mouvements étaient, en définitive, l'expression d'une même interrogation vis à vis du fonctionnement de l'Union Européenne?
La question mérite d'être posée!
si la catalogne en Espagne demande l'independance, que penser dees catalans Français ?
Jacques, je vais peut-être te surprendre mais je suis assez d'accord avec toi, dans la mesure où je pense que l'Union européene n'est rien d'autre qu'une machine de guerre contre les droits sociaux acquis par les travailleurs, contre les services publics sans lesquels le capitalisme européen n'aurait jamais pu se développer, une supranationalité qui se fiche totalement d'harmoniser ce qui nous concerne au quotidien en matière de droit, de liberté et même de taxation, un monstre auquel chaque nation s'est vue contrainte d'adhérer selon des modalités très différentes, et une machine à spolier de manière concertée, dont la Grèce est le plus bel exemple.

La contestation de l'U.E. n'a trouvé jusqu'à présent aucun écho, aucun relai clair au sein de quelque parti que ce soit. Sans les mettre sur le même plan, je considère que LePen et Mélenchon ont eu de ce point de vue une attitude totalement hypocrite, surfant sur le mécontentement de manière à ne rien remettre en cause.

La révolte contre ce consesus mou n'a pas d'autre choix que de s'exprimer demanière détournée, et je crois que les revendications nationalistes (sans connotation péjorative) en font partie. Que ce soit véritablement une "solution", je ne le crois pas, mais même si c'est une erreur politique, économique ou institutionnelle, la revendication de la Catalogne face à un pouvoir et une monarchie corrompues jusqu'à la moëlle est totalement légitime. Je me demande ce qu'en dit "El Gran Wyoming" dans son émission sur la Sexta, il faudra que je demande à mes potes.
A ma connaissance, les Français du Roussillon (Perpignà - non, non, il n'y a pas de faute!), n'expriment pas de volonté séparatiste. Toutefois, si la Catalunya (non, non, il n'y a pas de faute!) obtenait son indépendance, les choses pourraient évoluer très vite ...
Petit complément : l'unité politique de l'Espagne est relativement récente par rapport aux autres états européens, et le pouvoir de Madrid est encore fragilisé par le refus obstiné de reconnaître les crimes du franquisme, Les diverses régions qui la composent, sans être antagonistes, ont résisté à la dictature de manière très différente. A la fin des années 60, au Pays basque, impossible pour un étranger au look vaguement négligé de demander son chemin à une passante, immédiatement invitée à circuler par les gardes civils. Etonnante tolérance en Andalousie, y compris de la part des représentants de l'ordre, et une conscience politique bien plus manifeste, comme en témoignait le silence impressionant devant la télé le jour de l'entrée des chars russes en Tchéco. Et en Catalogne, la même année, c'était une opposition ouverte à la dictature qui s'exprimait sans crainte d'être inquiétée... donc une langue, oui, une concience nationale, certainement, mais surtout une tradition de lutte et de liberté d'expression qui a toujours démarqué la région.
Toutes ces jeux politiques ont un but, de mettre le bordel, de tenir le peuple sous pression pour ne pas se sentir en sécurité et être mieux contrôlé, de satisfaire les ambitions malades des politiciens. A la place de gagner l'indépendance, maintenant c'est l'autonomie qui risque de disparaître. Qu'est-ce que va changer pour le peuple catalan, si il reste en Espagne ou avoir un état indépendant? La politique c'est un jeux d'argent et du pouvoir.
Pour répondre à votre question, le plus sage n'est-il pas de demander au Peuple Catalan lui-même ce qu'il en pense? Rien ne permet d'affirmer qu'une majorité nette (au moins 50% des inscrits) soit favorable à l'indépendance ...

Pour avoir visité Barcelone, je puis vous dire de la façon la plus nette que la réalité d'un peuple catalan est indiscutable : les gens, là-bas, ne parlent pas tous l'espagnol même si, bien évidemment, ils connaissent tous cette langue parfaitement ... Le catalan est une langue qui est plus que similaire à l'occitan, laquelle langue occitane n'est rien d'autre que l'ancienne langue d'oc. Il est plus facile à un Français de lire de catalan que l'espagnol ...

Pour des raisons historiques, l'Occitanie est une réalité politique. La révolte des Cathares, l'histoire du Comté de Toulouse ne sont pas des vues de l'esprit et n'ont pas grand chose à voir avec ce qu'on a bien voulu nous en dire à l'école ...
On ne peut effectivement savoir si un référendum restreint à la Catalogne donnerait une majorité favorable à l'indépendance, puisque Madrid a déclaré celui-ci illégal et préféré l'affrontement. D'une certaine manière, c'est le même cas de figure que "l'autodétermination" du peuple algérien, en réalité soumise au référendum en métropole, qui n'aurait probablement pas abouti si deGaulle n'avait pas mis son prestige dans la balance, sur fond d'instabilité ministérielle chronique. Tirant la conclusion logique d'une guerre militairement gagnée, mais politiquement perdue, au grand dam de l'extrême-droite qui le considère comme un traître, et dans des conditions atroces qui sont aussi le résultat de la reconnaissance du FLN, ennemi impitoyable du MNA de Messali Hadj, comme seul interlocuteur.

Et comme les agressions et croisades contre le Sud de la France c'est bien une question de pouvoir qui se joue. Pas seulement parce que la Catalogne est la région la plus riche d'Espagne, mais parce que la monarchie héritière du Franquisme demeure le verrou qui empêche, avec la complicité du Parti "populaire", et sous prétexte de réconciliation nationale, les familles des martyrs républicains de mener des recherches sur le sort de leurs ancètres assassinés durant la guerre civile. Si la catalogne gagne son indépendance, c'est le régime qui risque de voler en éclats, le Pays Basque et l'Andalousie ne seront certainement pas en reste pour exiger le renforcement de leur autonomie... (enfin, l'Andalousie, faut voir, comme en Palestine la question cruciale est celle de l'approvisionenment en eau.)
La situation évolue donc de jour en jour et même d'heure en heure ... Le Parlement de catalogne a voté une déclaration d'indépendance. La gouvernement de Madrid, avec le soutien du sénat, a décidé d'un certain nombre de mesures dont la plus importante, à mon avis, est la tenue d'élections générales locales en Catalogne pour le 21 Décembre, c'est à dire dans moins de deux mois ...

Que va-t-il se passer? Ce n'est certainement pas en regardant ou en écoutant les informations à la télé ou à la radio qu'on en saura beaucoup plus!

Si j'ai bien compris (mais ai-je bien compris?), les Indépendantistes détiennent un majorité relative dans l'opinion publique mais pas une majorité absolue. Certains s'appuient sur cette réalité pour décider que cette majorité relative n'est pas légitime. Soit. Dans ces conditions, la majorité (elle aussi relative) qui gouverne en France n'est pas légitime? Pareil en Allemagne, en Italie, en Angleterre, en Belgique, etc ...? On voit bien qu'il y a un problème politique sérieux en Europe!

En France, on a vu les résultats d'un référendum (2005) purement et simplement jeté aux orties. Ailleurs, quand les peuples votent "mal", on recommence le vote, jusqu'à ce qu'ils votent "bien". On a de multiples exemples : Danemark, Irlande, Pays Bas, Italie, France, Catalogne, En Allemagne, on a résolu le "problème" dès 1945 : il est purement et simplement interdit par la Constitution d'organiser des référendums ... En contrepartie, le système d'élection des députés au Bundestag est, hormis le franchissement du seuil de 5%, purement proportionnel! Et ça fonctionne plutôt bien depuis 1945! Qu'on ne vienne pas nous dire que la proportionnelle rend un pays ingouvernable ... On a, tous les jours, la preuve du contraire en Allemagne!
bonjours

bientôt une nouvelle guerre en europe pas merci E.U :?: :?: :?: :?:
L’Allemagne aujourd'hui ouvre la porte de son parlement a 92 députés d’extrême droite pas vraiment une réussite!
Je suis catalane et vie au jour le jour les évènements de la Catalogne sud ! Tout ce que vous avez écrit se rapproche de la réalité alors que les médias français déforment systématiquement l'information pour coller au souhait des chefs d'états Européens, dont de la France.
La Catalogne a été chaque fois intégré à l'Espagne par la guerre ou les dictatures ! et nous sommes divisés entre Nord sud depuis le traité des Pyrénées Les liens ont toujours été très étroits de part la langue et la culture les familles même si les des deux états ont tout fait pour l'empêcher. Aujourd'hui la moitié de la population des Pyrénées orientales n'est pas catalane : pieds noir, retraités venant de toute la France et de l'étranger, cadre venus travailler,( alors que nos enfants qui font des études se trouvent aux quatre coins du monde) et beaucoup de RSA qui trouve la misère moins dure au soleil. c'est donc qu'une partie de la population qui se sent très concernée, les autres s'inquiètent plus pour leurs petites courses d'alcools et de cigarettes, et les placements qu'ils ont fait au sud pendant la crise espagnole. Cependant une forte mobilisation mais discrète existe. Nous n'oublions pas que la France a toujours soutenu Franco pendant la dictature et que Macron Soutien Rajoy les renseignements ont toujours bien fonctionné entre les deux pays; de la même manière la frontière a toujours été une passoire ! même si notre député FN (cadeau de la nouvelle population )a demandé sa fermeture depuis la déclaration d'indépendance. Ps: Perpinya et non Perpignà le gn n'existe pas en catalan. Je vous donnerai plus d'info la prochaine fois.
mais tu crois zuto qu'on a pas les meme problèmes?
Le débat s'anime! Ce n'est pas moi, l'initiateur de ce fil de discussion, qui vais m'en plaindre. Merci, Zutonine.
Pour préciser les choses, Zutonine pense qu'il n'y a qu'une seule Catalogne politiquement divisée en deux zones :
- la Catalogne du Sud (située sur l'actuel territoire du Royaume d'Espagne)
- la Catalogne du Nord (située sur l'actuel territoire de la République Française)
J'ai tout bon, là, Zutonine?
N'hésite pas à rectifier si je commets des erreurs! Merci!
"Et si tous ces mouvements étaient, en définitive, l'expression d'une même interrogation vis à vis du fonctionnement de l'Union Européenne?
La question mérite d'être posée!"

Oui, la question est essentielle dans cette volonté de vouloir "dépecer" les états à l'image de l'ex-Yougoslavie.

L'Europe n'étant pas une nation et non démocratique, qui faisons-nous encore?
J'ai voté "NON" à Maastricht, NON à Lisbonne, j'attends de voter OUI à la sortie de cette Europe là!!!
Plus significatif,, le pays a majoritairement rejeté le projet de "constitution", contre tout attente... et ça, il faut le reconnaîitre, c'est en grande partie grâce à une analyse fine qui a été menée sur le Net; dans de petits cercles de discussion et en dehors de TOUS les partis existants. De petites cellules de réflexion informelles qui se sont constituées ponctuellement, Pour ce qui me concerne, celle de La Tête de Trains à Tousson - troquet "associatif" et lieu musical, qui héberge occasionnellement un "repaire" AMG sous l'égide de La Betterave Musclée ! ;)
Cette victoire du Peuple a été concrétisée par les embrassades larmoyantes de la mère Royal et du gominé Villepin tombant dans les bras l'un de l'autre en parlant de "champ de ruines" !
Bon, comme disait Brecht ils sont arrivé à "dissoudre le peuple et en élire un autre", mais ce n'est que partie remise. :mrgreen:

Il n'y aura évidemment pas de guerre civile en Catalogne, la région la plus riche d'Espagne ne va pas risquer son va-tout sous la direction de partis totalement antagonistes. Et la sécession signifierait la chute de la monarchie post-franquiste corrompue jusqu'à la moëlle, le PP et le PSOE la défendront becs et ongles sans céder un pouce de terrain. On peut déjà dire que l'affaire est close, la faiblesse de la mobilisation indépendantiste en témoigne. Les problèmes de fond demeurent intacts, mais ils se situent à un autre niveau que la question des "nationalités".
cron