BonJour à tous !
Le rire fait beaucoup de bien !

Voici :
Quelqu’un m’a dit « si tu veux plaire à une femme
Il faut la faire rire et tu la mettras dans ton lit »
Ah ! en voilà une belle façon de toucher une âme,
Déjà fragile ; elle sera malléable quand elle sourit !

J’ai toujours aimé rire pour effacer les tristesses
Des absurdités débiles que l’on nous fait gober
Des trucs à exécuter, sans piper, à toute vitesse
Des situations stupides et insensées à accepter

Alors, vous passez par là, faites moi rigoler !
Sortez les blagues les plus débranchées
Chantez des refrains, totalement cinglés
Je vais apprécier avec plaisir de m’éclater

La vie est à prendre telle une bande dessinée
On doit la dérouler en fous rires à en pleurer
Faire que nos paroles soient drôleries lancées
Et qu’en rigolades nous prenions nos activités

Ainsi nous serons prêtes à être aimées
Parce que femme qui rit est appréciée
L’homme est, de ses clowneries, valorisé
Il devient l’auteur, le dessinateur de la BD !

À juste titre il nous faudra le récompenser
Dans son lit, nous irons, joueuse, nous glisser
Nous avons bien compris ce qu’il suffisait
Pour qu’il puisse, fin glorieux s’en vanter !

Je ne sais, alors, qui rira le plus dans la BD
!

Belle journée radieuse à tous ! :D :D :)
BonJour les Amis
Cette nuit mon inspiration des mots voyageurs m’a réveillée !
Quelle chance !

Elle devait se lever tôt ce matin, pour en voyage, partir
L’attente de ce proche départ l’avait empêchée de dormir
Et un bout de sa vie défilait dans la nuit, en noir soupir.
Gymnastique cérébrale loin de l’enchanter, même pire...
Sans le moindre ravissement, des scènes s’enchaînaient
Celle, où tel un gourmand des désirs charnels, il profitait
Pour mettre sur table tous les reproches les plus insensés !
Celle, où il l’avait sans nulle gène, devant des amis, critiquée,
Pour respecter la convivialité elle lui avait simplement souri !
Celle, où dans l’impatience elle l’écoutait, cachant son ennui
Il était tellement imbus de lui-même, qu’il ne parlait que de lui !
Comment résister à conclure que cette vie là était pourrie.
Rechercher le bien être, la jouissance d’un futur meilleur
Était le seul espoir ; ils s’étaient quittés pour vivre « ailleurs »
Lui, avait refait « une vie » , elle, cherchait toujours son sauveur
Elle savait qu’il viendrait, peu importe le lieu, le jour, l’heure
C’est pour cela sûrement qu’elle aimait voyager,
Pour avoir bien plus de chance de le rencontrer !

Et moi je le sais !

Belle journée à vous tous ... :D :D :D
bonjour @LM j'ai une préférence ( préférence par ce que j'aime bien les deux) pour le second texte. un petit chagrin quand même : les hommes ne sortent pas très grandis de l'ensemble ce que ELLES disent laisse affleurer une tonalité d'amertume l'équilibre est très très très difficile entre les deux participants d'un couple
Toujourscurieux
Bonjour TJC
Je te remercie pour ton commentaire !
J'ai bien aimé jouer avec les mots voyageurs pour le second texte
Et pour le premier il a bien fallu que j’argumente pour expliquer que, si stratégie il y a chez les messieurs, il y en a aussi une chez les femmes hihi !!! :x :lol: :lol:
Bonne fin de week-end
Grosses bises LM :D :D
Mes Amis BonJour !
J’ai envie de partager avec vous ...
les mots voyageurs m’ont emmenée dans mes souvenirs ...

En ouvrant le placard de ma cuisine j’ai aperçu ta nappe, maman!
Tu n’es plus de ce monde et je pense à toi souvent !
Comme le motif animal était ta préférence, ce sont des biches qui figurent pouvant donner déjà le ton, d’une représentation majestueuse d’un pique-nique champêtre, pour ces convives que tu recevais si bien !
C’est toi maman qui était ma biche ! Même si quelquefois ton gazouillis affectueux te montrait bel oiseau !
Il y avait ce côté mystère en toi ! Et j’adorais embrasser ton cou au senteur d’amour ! Aucun parfumeur n’aurait pu imiter ce parfum sublime ! Champignon, sapin avec une ombre goûteuse de fleurs de sentier... tu étais Nature Féerique !
Je me revois en balade dans nos moments d’affection, déroulant la cannette du fils enchanteur pour passer de notre temps à celui des korrigans, déployant notre imagination ! Tu savais respecter notre époque et c’était magique !
Mais surtout, maman, tu m’as appris à ne pas perdre de vue les plus belles choses de la vie et de ces choses, tu en fais partie aujourd’hui, depuis toujours et pour plus loin que demain !


Et tout cela je le sais

Bel après midi ! :D :D :D
cron