JihemD a écrit : Ne serait ce du vice vers ça ? :roll: :oops: :roll: :idea: :arrow:

Joli jeu de mots
Balavoine chantait "Aimer est plus fort que d'être aimé"
J'étais assez d'accord avec ça, à une certaine époque. Maintenant avec le recul je me dis que les deux c'est mieux...
Balavoine le chantait tellement bien

moi aussi j ai changé je pense que les deux aimé être aimé
je ne pense pas que je pourrais aimé si je ne sent pas être aimé
https://youtu.be/kV4v7RGT48c
vep
Je suis 100% d'accord avec toi Vivre en Paix... Si l'un ou l'autre accepte d'aimer sans retour, alors il y a une certaine forme de masochisme sentimental qui n'est jamais très bon dans un couple...
Pour moi les deux sont importants dans le couple. Aimer et se sentir aimé, savoir que l'on rend l'autre aussi heureux qu'il nous rend, c'est peut être un peu fleur bleue surtout à mon âge, mais je suis une romantique éternelle...
Il n'y a qu'un amour qui n'attend rien en retour, c'est l'amour inconditionnel, celui des parents pour leurs enfants.
@Sohalia: Aimer fait peur, il vous fait peur de ce que l'autre "ait prise" sur vous parce qu'il sait qui vous êtes jusqu'au fond de vous (je ne sais pas si j'ai bien compris ce que vous dites, il s'agit peut-être d'une erreur de compréhension de ma part, je ne suis pas psychologue mais sémanticien (une sorte de linguiste maniant l'association orale d'association ou bien de dissociation des significations entre des choses différentes (formule et formulaire etc.).

Pour moi, ce que j'ai choisi en 1975 c'est que la personne avec qui je ferais des enfants serait celle que j'aimerai jusqu'au fond de moi (je suis en réalité un caractériel très prononcé et je n'aimais pas les enfants à l'époque), il se trouve que la personne que j'ai rencontrée en 1972 et qui me plaisait était une caractérielle prononcée totalement complémentaire de moi (à l'opposé, très-trop intelligente, aucun sens pratique) et que j'admirais beaucoup. Nous avons fait des enfants et je les aime.

Je ne donne pas un conseil, je répète que je ne suis pas psy, je décris une trajectoire que j'ai eue et j'écris cela parce-que cela me fait du bien égoïstement.
Bonjour Honggnok
Il a fallut que je remonte loin, pour retrouver mon intervention sur ce forum...
Mais merci d'y avoir prêté attention.
Oui, c'est chez moi une réaction assez étrange, ne pas trop livrer mes sentiments, de peur que l'autre n'ait de prise sur moi...
Cela vient sans doute de ma difficulté à me laisser aller, et le fait d'être toujours dans le contrôle.
Peut-être aussi parce que je veux pas que l'on me domine, ni dominer d'ailleurs...
Et, si on veut parler de psychanalyse, il y a sans doute des réminiscences de la petite fille introvertie, qui n'osait jamais s'exprimer, qui gardait tout pour elle, et qui s'était réfugiée dans son monde ...
Mais ça, c'est une autre histoire....
@sohalia:
J'ai oublié d'écrire ce qui suit dans mon message avant le vôtre donc ceci est juste un PS puisque "tout cela est une autre histoire":

Une des choses les plus "frappantes" que m'ait dit ma femme au début de notre relation est qu'elle ne cherchait pas l'homme idéal parce qu'il était immanquablement avec la femme idéale...
Pour vivre bien , il faut envisager le pire . Ainsi, si je devais ouvrir une porte derrière laquelle je ne sais pas ce qu'il s'y trouve , je me munirais d'armes quelconques dans le cas où ...

Cette image pour dire que ces "armes " sont en nous .

Ne pas ouvrir cette porte c'est l'assurance de ne pas se mettre en danger mais c'est aussi l'assurance de vivre le reste de notre vie à se dire " peut -être bien que si je l'avais ouverte, tout se serait bien passé "
Bonjour l'ensemble des textes ci-dessus "aimer ou être aimé" compose un ensemble très instructif Ce que on y apprend vous enrichit Je trouve que c'est l'écrasante supériorité d' un lieu de rencontre comme ce Club C'est une perfusion permanente, merci à tous Toujourscurieux